Les risques sismiques

Les risques sismiques

DOCUMENT D’INFORMATION COMMUNAL DES RISQUES MAJEURS (DICRIM)
Commune de Couleuvre 2012

Sur la commune de Couleuvre, le seul risque majeur recensé est un risque sismique faible de niveau 2, mais qui oblige à mettre en place une information préventive afin d’assurer la sécurité de la population.

Cette information est instaurée par le Code de l’Environnement et permet de rendre le citoyen conscient des risques majeurs auxquels il peut être exposé. Le DICRIM s’appuie sur le Dossier Départementale des Risques Majeurs (DDRM) édité en 2007 par la Préfecture de l’Allier et qui peut être consulté sur le site : www.allier.gouv.fr

 

Qu’est ce qu’un risque majeur :
C’est la possibilité d’un évènement d’origine naturelle ou technologique, parfois imprévisible, dont les conséquences peuvent entraîner de graves dommages sur l’homme, les biens et l’environnement. Souvent appelé catastrophe, il est caractérisé par sa gravité et sa rareté.

LE RISQUE SISMIQUE
Qu’est ce qu’un séisme ?

Un séisme est une fracturation brutale des roches en profondeur le long de failles en profondeur dans la croute terrestre (rarement en surface). Le séisme génère des vibrations importantes du sol qui sont ensuite transmises aux fondations des bâtiments.

Les séismes sont une manifestation de la tectonique des plaques. L’activité sismique est concentrée le long de failles, en général à proximité des frontières entre ces plaques. Lorsque les frottements au niveau d’une de ces failles sont importants, le mouvement entre les deux plaques est bloqué. De l’énergie est alors stockée le long de la faille. La libération brutale de cette énergie provoque le déplacement des plaques à l’origine du séisme. Après la secousse principale, il y a des répliques, parfois meurtrières, qui correspondent à des réajustements des blocs au voisinage de la faille.

Ses caractéristiques :
Son foyer : c’est l’endroit de la faille où commence la rupture et d’où partent les premières ondes sismiques.

Son épicentre : point situé à la surface terrestre à la verticale du foyer.

Sa magnitude : intrinsèque à un séisme, elle traduit l’énergie libérée par le séisme. La plus connue est celle de Richter. Augmenter la magnitude d’un degré revient à multiplier l’énergie libérée par 30.

Son intensité : mesure les effets et dommages du séisme en un lieu donné. Ce n’est pas une mesure objective par des instruments, mais une appréciation de la manière dont le séisme se traduit en surface et dont il est perçu. On utilise habituellement l’échelle EMS98, qui comporte 12 degrés. Le premier degré correspond à un séisme non perceptible, le douzième à un changement total du paysage. L’intensité n’est donc pas, contrairement à la magnitude, fonction uniquement du séisme, mais également du lieu où la mesure est prise (zone urbaine ou désertique…). D’autre part, les conditions topographiques ou géologique locales peuvent amplifier les mouvements sismiques du sol (effet de site) donc générer plus de dommages et ainsi augmenter l’intensité localement. Sans effet de site, l’intensité d’un séisme est habituellement maximale à l’épicentre et décroit quand on s’éloigne.

La fréquence et la durée des vibrations : ces 2 paramètres ont une incidence fondamentale sur les effets en surface.

La faille activée (verticale ou inclinée) : elle peut se prolonger en surface.

 

Les conséquences :
Sur l’homme : le séisme est le risque naturel majeur le plus meurtrier, tant par ses effets directs que par les phénomènes qu’il peut engendrer. De plus, outre les victimes possibles, un très grand nombre de personnes peuvent se trouver blessées, déplacées ou sans abri.

Sur l’économie : si les impacts sociaux, psychologiques et politiques d’une possible catastrophe sismique en France sont difficiles à mesurer, les enjeux économiques, locaux et nationaux peuvent en revanche, être appréhendés. Un séisme et ses éventuels phénomènes annexes peuvent engendrer la destruction, la détérioration ou l’endommagement des habitations, des usines, des ouvrages (ponts, routes…) ainsi que la rupture des conduites de gaz qui peut provoquer des incendies ou des explosions. Ce phénomène est la plus grave des conséquences indirecte d’un séisme.

Sur l’environnement : un séisme peut se traduire en surface par des modifications du paysage, généralement modérées mais qui peuvent dans les cas extrêmes occasionner un changement total de paysage.

Les risques sismiques
Un zonage sismique de la France a ainsi été élaboré (article D563-8-1 du code de l’environnement). Ce classement est réalisé à l’échelle de la commune :

Zone 1 : sismicité très faible

Zone 2 : sismicité faible / La commune de Couleuvre est classée en sismicité faible (zone2)

Zone 3 : sismicité modérée

Zone 4 : sismicité moyenne

Zone 5 : sismicité forte

 

Les actions préventives
La connaissance du risque : l’analyse de la sismicité historique et les enquêtes macrosismiques après un séisme réalisées par le Bureau central de la sismicité française permettent une analyse statistique du risque sismique et d’identifier les effets de site.

La surveillance et la prévision des phénomènes : la prévision des séismes se fonde sur l’étude des évènements passés à partir desquels on calcule la probabilité d’occurrence d’un phénomène donné sur une période de temps donnée. En d’autres termes, le passé est la clé du futur.

Le réseau des dispositifs en place de surveillance permettent d’accéder en temps quasi réel à la sismicité de l’Auvergne. En 48 ans d’enregistrements, un peu moins de 3000 séismes ont été dénombrés.

Les travaux de mitigation (pour réduire la vulnérabilité des enjeux)

  • Les mesures collectives : la réduction de la vulnérabilité des bâtiments et infrastructures existants
  • Les mesures individuelles :
    l’évaluation de vulnérabilité d’un bâtiment déjà construit et son renforcement
    le respect des règles de construction parasismiques ou le renforcement de sa maison
    l’adaptation des équipements de la maison au séisme

 

La construction parasismique
Le zonage sismique de la France impose l’application de règles parasismiques pour les constructions neuves et aux bâtiments existants dans le cas de certains travaux d’extension. Ces règles sont définies pour assurer la protection des personnes.

En cas de secousses nominales, c'est-à-dire avec une ampleur théorique maximale fixée selon chaque zone, la construction peut subir des dommages irréparables, mais elle ne doit pas s’effondrer sur ses occupants.

En cas de secousses plus modérés, l’application des dispositions définies dans les règles parasismiques doit aussi permettre de limiter les endommagements et ainsi les pertes économiques. Ces nouvelles règles sont applicables à partir de 2011 à tout type de construction.

Les grandes lignes de ces constructions parasismiques sont :

  • la prise en compte de la nature du sol et du mouvement du sol attendu
  • la qualité des matériaux utilisés
  • la conception générale de l’ouvrage (résistance et déformabilité)
  • l’assemblage des différents éléments qui composent le bâtiment
  • la bonne exécution des travaux

Les grands principes de construction parasismiques :

  • fondations reliées entre elles
  • liaisonnement fondation-bâtiments-charpente
  • chaînages verticaux et horizontaux avec liaison continue
  • encadrement des ouvertures
  • murs de refend
  • panneaux rigides
  • fixation de la charpente aux chaînages
  • triangulation de la charpente
  • chaînage des rampants
  • toiture rigide

L’information lors d’une transaction immobilière fait l’objet d’une double obligation à la charge du vendeur ou bailleur :
- établissement d’un état des risques naturels et technologique
- déclaration d’une éventuelle indemnisation après sinistre

 

L’organisation des secours

Au niveau départemental
En cas de catastrophe, lorsque plusieurs communes sont concernées, le plan de secours départemental (plan ORSEC) est mis en application. Il fixe l’organisation de la direction des secours et permet la mobilisation des moyens publics et privés nécessaires à l’intervention. Au niveau départemental, c’est le préfet qui élabore et déclenche le plan ORSEC ; il est directeur des opérations de secours.

Au niveau communal
C’est le maire, détenteur des pouvoirs de police, qui a la charge d’assurer la sécurité de la population dans les conditions fixées par le code général des collectivités territoriales. A cette fin, il prend les dispositions lui permettant de gérer la crise. Pour cela le maire élabore sur sa commune le Plan Communal de Sauvegarde qui est obligatoire si un PPR est approuvé ou si la commune ou si la commune est comprise dans le champ d’application d’un Plan Particulier d’Intervention. S’il n’arrive pas à faire face par ses moyens à la situation, il peut si nécessaire faire appel au Préfet représentant l’Etat dans le département.

Pour les établissements recevant du public, le gestionnaire doit veiller à la sécurité des personnes en attendant l’arrivée des secours. Il a été demandé aux directeurs d’école et aux chefs d’établissements scolaires d’élaborer un Plan de Mise en Sûreté afin d’assurer la sûreté des enfants et du personnel.

Au niveau individuel
Un plan familial de mise en sûreté. Afin d’éviter la panique lors de la première secousse sismique, un tel plan préparé et testé en famille constitue pour chacun la meilleure réponse pour faire face au séisme en attendant les secours. Ceci comprend la préparation d’un kit séisme, composé d’une radio avec ses piles de rechange, d’une lampe de poche, d’eau potable, de médicaments urgents, des papiers importants, de vêtements de rechange et de couvertures.

 

Les consignes de sécurité
En situation normale, il est utile de repérer les points de coupure de gaz, de l’eau et de l’électricité dans son habitation, de fixer les appareils et les meubles lourds.
En cas de séisme :

  • rester où l’on est
    • à l’intérieur : se mettre sous un gros mur, une colonne porteuse ou sous des meubles solides, s’éloigner des fenêtres
    • à l’extérieur : ne pas rester sous les fils électriques ou sous ce qui peut s’effondrer (cheminées, ponts, corniches, toitures, arbres …)
    • en voiture : s’arrêter et ne pas descendre avant la fin des secousses.
  • se protéger la tête avec les bras
  • ne pas allumer de flamme
  • ne pas téléphoner, libérer les lignes pour les services de secours
  • ne pas aller chercher ses enfants à l’école ; les enseignants s’occupent d’eux

Après la première secousse, se méfier des répliques

  • ne pas prendre les ascenseurs pour quitter un immeuble
  • vérifier l’eau, l’électricité, le gaz : en cas de fuite, ouvrir les fenêtres et les portes, se sauver et prévenir les autorités
  • ne pas toucher aux fils électriques tombés à terre
  • prendre contact avec ses voisins qui peuvent avoir besoin d’aide
  • si l’on est bloqué sous des décombres, garder son calme et signaler sa présence en frappant sur l’objet le plus approprié.
  • respecter les consignes des autorités.

 

Les moyens d’alerte
Le Signal National d’Alerte diffusé par la sirène communale située sur la caserne des pompiers.
La radio France Bleue sur 96.7 ou 99.9 peut être amenée à diffuser des messages d’alerte, d’information et des consignes à suivre.
D’autres moyens, en fonction du type et de l’ampleur, peuvent être mis en œuvre, comme le porte à porte, des appels téléphoniques…

Les contacts utiles

Mairie : 04 70 66 10 45
Préfecture de l’Allier : 04 70 48 30 00
Direction Départementale des Territoires de l’Allier : 04 70 08 31 50
Service Départemental Incendie et Secours : 04 70 35 18 10
SAMU : 15 ou 112
Pompiers : 18 ou 112
Gendarmerie : 04 70 67 00 55

 

Pour en savoir plus :
Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement en Auvergne : consultez le site internet 
Prévention des risques majeurs : consultez le site internet 
Services de l’Etat dans l’Allier : consultez le site internet 
Bureau Central Sismologique Français : consultez le site internet 

REPAS CCAS

  Le repas des ainés de Couleuvre organisé par le CCAS aura lieu jeudi 30 novembre 2017 à la salle des Chapeaux ;pour les personnes âgées de 65 ans et plus.Ne...

Lire la suite

CONCOURS MAISONS FLEURIES

Cette année encore les 12 lauréats du 3ème concours des maisons et fermes fleuries ont été récompensés lors d'une soirée conviviale organisée à la salle des Chapeaux par Marie-Odile Friaud, avec...

Lire la suite

COUPURE D'ELECTRICITE

Des travaux sont programmés par ENEDIS : MARDI 24 OCTOBRE 2017 entre 10h00 et 12h00aux lieux dits : - L'ETANG NEUF- LE PAULAT- LA BOUILLIE - ROUTE DE LA CORNE

Lire la suite

Coupures d'électricité

COUPURES DE COURANT POUR TRAVAUX : Des travaux seront réalisés sur le réseau électrique  Le VENDREDI 20 OCTOBRE 2017 de 9h00 à 12h00 Aux quartiers ou lieux-dits : - LE PETIT JARDIN - LE...

Lire la suite

SIROM

L'écho du Sirom

Lire la suite

"FOOD TRUCK"

A partir du mardi 13 juin, de 17h à 22h Place du 14 Juillet Installation d'un food truck : vente de produits artisanaux, sandwichs kebab, plats à emporter pour la saison estivale : crêpes,...

Lire la suite

Cérémonie des voeux

Daniel Rondet, Maire de Couleuvre et le Conseil Municipal organisent la traditionnelle cérémonie des voeux : VENDREDI 20 JANVIER 2017 à 19 heures à la Salle des Chapeaux - La Fabrique à Couleuvre

Lire la suite

CROIX ROUGE FRANCAISE

La Croix Rouge Française entreprend une campagne de sensibilisation auprès du grand public à Couleuvre du 10 octobre 2016 au 5 novembre 2016, à raison de 3 jours maximum sur...

Lire la suite

COUPURES DE COURANT

ENEDIS réalisera des travaux sur le réseau électrique; le LUNDI 10 OCTOBRE 2016 de 13h30 à 16h00   Quartiers ou lieux-dits concernés : La PORCELAINE, Les VERNES, Le BOURG, la FABRIQUE, Rue JULES FERRY, La...

Lire la suite